Eglise St Roch – 1


Le quartier Saint-Honoré se développe à partir de la fin du XVIe siècle de part et d’autre du grand axe parisien qui, au-delà de la porte Saint-Honoré conduit vers Neuilly et Argenteuil.
Avant de devenir l’une des artères les plus élégantes de la Capitale, la rue est en cette période d’intense renaissance catholique bordée de nombreux couvents.
Certains, devenus propriété de la Nation en 1789, seront sous la Révolution le siège des principaux clubs révolutionnaires (couvents des Feuillants et des Jacobins).
Elevée à l’est du quartier après les troubles de la Fronde,  l’église Saint-Roch, troisième église paroissiale construite à Paris au XVIIe siècle, prend la place d’une église plus ancienne devenue trop petite pour ce quartier en plein peuplement.

Architecture

Le plan de l’édifice, inspiré de celui de Notre-Dame de Paris (église avec nef et choeur bordés de bas-côtés ouvrant sur des chapelles latérales et transept non saillant) a été dressé par Jacques Lemercier, architecte de la Sorbonne et du Val-de-Grâce. La première pierre fut posée par Louis XIV le 28 mars 1653.
Les travaux, commencés côté nef et sans doute rapidement interrompus, reprirent à partir de 1706 avec la construction, à l’arrière du choeur, sous la direction de Jules Hardoin-Mansart, d’une chapelle en rotonde dédiée à la Vierge dont l’architecture riche d’effets frappa les contemporains. Elevée à partir de 1736, la façade de l’église, articulée par la superposition de colonnes doubles, est l’oeuvre de Robert de Cotte. Saint-Roch comportait à l’origine une tour qui fut détruite à la suite du percement de l’avenue de l’Opéra.

Source: equipement.paris.fr

Translate »