Notre Dame des Victoires (11 photos)

L’édifice est la chapelle de l’ancien couvent des Augustins. La construction commence en 1629 avec l’architecte Pierre le Muet (1591-1669). Louis XIII (1601-1643) en pose la première pierre et dédie l’église à Notre-Dame-des-Victoires en raison de ses succès militaires, notamment lors du siège de la Rochelle (1628). Cent onze ans et quatre autres architectes seront nécessaires pour la terminer. C’est Jean-Sylvain Cartault (1675-1758) qui achèvera le sanctuaire, enfin consacré en 1740.

Le couvent possédait une bibliothèque de quarante-mille ouvrages. À la Révolution, il est fermé. L’église est occupée par les bureaux de la Loterie nationale, puis par la Bourse. Elle est rendue au culte en 1809. Les bâtiments conventuels, eux-mêmes, sont détruits en 1859. Pendant la Commune, l’église est à nouveau pillée et saccagée.

À la suite d’une «locution intérieure» reçue par l’abbé Dufriche-Desgenettes en 1836, Notre-Dame-des-Victoires est consacrée au Cœur Immaculé de la Vierge. L’abbé crée une association dont un des buts premiers est la conversion des pécheurs. En 1838, l’association devient archiconfrérie patronnée par Notre-Dame des Sept Douleurs, approuvée par le pape Grégoire XVI. En 1927, l’église est élevée au rang de basilique mineure par le pape Pie XI.

Notre-Dame-des-Victoires est un haut lieu de dévotion. Fait unique à Paris, ses parois sont couvertes d’environ trente-sept mille ex-voto en remerciement à la Vierge. Enfin, l’église possède un chœur richement doté de sept tableaux de Carl Vanloo (1705-1765). Six d’entre eux sont consacrés à la vie de saint Augustin. En 1778, Mozart a prié dans cette église.

(Source: www.patrimoine-histoire.fr)


Translate »