Hall de Pompidou (1 photos)

<span class="entry-title-primary">Hall de Pompidou</span> <span class="entry-subtitle">(1 photos)</span>

En 1969 Georges Pompidou, nouvellement élu Président de la République, demande un nouvel « outil culturel » pour Paris à la fois musée d’art moderne, grande bibliothèque publique, centre de design et institut pour la musique contemporaine. Un concours a donc été mis en place, le premier concours international d’architecture français de ce type. 680 équipes ont répondu. A été retenu : le numéro 493 de R. Piano (italien) et R. Rogers (anglais). Il était le seul à ne pas couvrir la totalité de la parcelle de 18 000 m² située au plein centre de Paris, jusque là laissée aux voitures. Un parvis, une place publique légèrement en pente a été aménagée devant l’édifice. R. Piano disait : « c’est grâce à cette place que le Centre appartient à la ville ». Le rez-de-chaussée du bâtiment en est d’ailleurs le prolongement.

Le Centre Pompidou met au premier plan la structure et les entrailles de l’édifice. L’aménagement des éléments techniques passe devant pour donner naissance à « une machine culturelle musclée et gigantesque » . Il s’agit de créer une machine à réaliser de l’espace et pas n’importe quel espace : un espace libre, modulable.

(Source: arthur22.free.fr)


Lloyd Building – en bleu

Lloyd Building – en bleu


Le Lloyd’s Building est le siège de la Lloyd’s of London, conçu par l’architecte Richard Rogers et construit entre 1978 et 1986.

Comme le centre Pompidou, dessiné par Renzo Piano et Richard Rogers, l’immeuble est innovant en ce que les éléments fonctionnels sont situés en façade : les escaliers, ascenseurs, conduites électriques ou aquifères laissent l’espace intérieur dégagé. Les douze ascenseurs vitrés externes sont les premiers de leur genre installés au Royaume-Uni.

Source: Wikipedia

Tour Zamansky du campus de Jussieu

Tour Zamansky du campus de Jussieu


Le campus de Jussieu, situé dans le quartier Saint-Victor du 5e arrondissement de Paris, est un ensemble de bâtiments construits à partir des années 1960 pour accueillir des universités scientifiques. C’est aujourd’hui le campus principal de l’université Pierre-et-Marie-Curie, l’autre, plus ancien, étant le « campus Curie ».

Edouard Albert avait prévu de contrebalancer la dominante horizontale de sa structure en y incluant une tour carré de 85 mètres. Après sa mort, le projet fut porté à 90 mètres par ses collègues. La tour fut édifiée en 1970 et nommée en mémoire de Marc Zamansky, doyen de la Faculté des sciences de Paris de 1963 à 1970.

En 2003 la tour est fermée pour être désamiantée, la question de sa rénovation ou de sa destruction n’étant pas alors tranchée. La décision de rénover la tour n’a été prise qu’en juillet 2006. Les travaux, prévus pour 21 mois, ont finalement duré 10 mois de plus25. Le 22 juin 2009, la tour est remise à l’université Pierre-et-Marie-Curie. Les travaux de remise aux normes techniques et de sécurité incendie ont été réalisés par l’architecte Thierry Van de Wyngaert (Agence TVAA), la mise en lumière de la Tour ayant été réalisée par François Migeon, concepteur lumière.

Source: Wikipedia

Au pied de la Philharmonie de Paris

Au pied de la Philharmonie de Paris


En vous baladant  dans le parc de la Villette, vous tomberaient désormais au bout d’un moment nez à nez face à ce « chewing-gum », »coquillage », »alien », »mille-feuilles » enfin bref, au nouveau chef-d’oeuvre de l’architecte français Jean Nouvel : la philharmonie de Paris.

En premier, un chantier difficile

D’après VanityFair.fr (17/02/15) : La philharmonie de Paris devait être le chef-d’œuvre de Jean Nouvel. Mais l’architecte se dit victime de technocrates pressés qui ont dénaturé le projet. Même si le coût a triplé en dix ans, il exige de nouveaux crédits pour terminer le bâtiment. Sans quoi, clame-t-il auprès de François Hollande et de Bertrand Delanoë, cette grandiose salle de concert sera ratée. Alors que la salle ouvre enfin ses portes le 14 janvier et que Jean Nouvel a annoncé qu’il ne participerait pas à l’inauguration.

La Philharmonie de Paris

Le nouveau bâtiment de Jean Nouvel forme avec l’ex- Cité de la musique de Portzamparc la Philharmonie de Paris, les deux se trouvant dans le parc de la Villette dans le 19e arrondissement de Paris

L’acoustique, l’accessibilité et le développement durable sont les maitres-mots de cet ensemble qui se veut un modèle. Le bâtiment est prévu pour avoir une superficie d’environ 23 000 m². Il comprend la grande salle de concert, 15 salles de répétitions, salle de conférence, cafés-restaurants ; n’oubliez pas le pôle éducatif et l’espace exposition. Le toit sera accessible aux promeneurs vous offrant une vue surprenante et imprenable sur Paris.

L’ Architecture

L’architecture est moderne, innovante et à la pointe de l’excellence tant sur le plan architectural qu’acoustique. La Philharmonie de Paris est une création osée de l’architecte Jean Nouvel tant sur l’innovation de la structure du bâtiment avec ses rondeurs, et un intérieur épuré, que sur la qualité et l’exigence acoustique dans les diverses salles.°

L’architecture de Jean Nouvel évoque souvent le monde des images et de la virtualité. Pour lui l’architecture est art visuel.

°http://www.tourisme93.com/philharmonie-de-paris.html

Pyramide inversée – bleu

Pyramide inversée – bleu


Inaugurée en 1989, la pyramide inversée de l’architecte sino-américain Ieoh Ming Pei pèse 180 tonnes et mesure 16 mètres de côté par 7 mètres de hauteur.

Elle est en contraste avec la grande pyramide qui elle est bien visible et marque l’entrée du Louvre, tandis que la pyramide inversée n’est pas visible depuis l’extérieur si on reste au niveau du sol : en effet, elle est non seulement en dessous du niveau du sol mais le centre de la place du Carrousel où se trouve la pyramide inversée est inaccessible et fermée visuellement par des haies.

L’apex de la Pyramide inversée fait face à une symétrie à une échelle réduite de cette dernière.

Source: Wikipedia

Bleu de l’Opéra

Bleu de l’Opéra


L’Opéra Bastille, œuvre de l’architecte canadien-uruguayen Carlos Ott, a été inauguré le 13 juillet 1989, il se caractérise par une architecture faite de lignes et de transparences, de matériaux aux couleurs claires (sols de marbre blanc de Vérone, murs habillés de pierre de Valreuil, granit bleu), d’où se détachent les architectures mobilières, habillées de bois de poirier, de bois noir, de verre sablé lumineux et d’inox poli. Le théâtre offre un ensemble unique d’espaces de représentation avec une grande salle de 2 745 places, un amphithéâtre de 500 places et un studio de 230 places, entourés de foyers.

Source : operadeparis.fr

Quai Voltaire

Quai Voltaire


À l’origine, le quai Voltaire n’était que la partie occidentale du quai Malaquais. On lui donna le nom de quai des Théatins après qu’un couvent de théatins s’y est établi en 1644 en achetant, grâce à la générosité du cardinal Jules Mazarin, une maison pouvant abriter vingt-cinq religieux environ à l’emplacement des actuels no 23 et no 25 quai Voltaire et no 26 rue de Lille. Le couvent fut démonté en 1790 et démoli en 1822. En 1595 Guillaume de Varic y installa une tuilerie.

En 1791, le quai prit le nom de quai Voltaire en hommage à l’écrivain qui y mourut en 1778 dans l’hôtel du marquis de Villette.

Depuis Balzac, qui y situe la mystérieuse boutique d’antiquaire de La Peau de chagrin, le quai Voltaire abrite de nombreux antiquaires, aujourd’hui plutôt spécialisés dans le très haut de gamme.

Début du xixe siècle, les premiers bouquinistes de Paris y font leur apparition.

Source: Wikipedia

Translate »