Cour Napoléon

Cour Napoléon


Le palais du Louvre est le plus vaste ensemble architectural de France construit en bordure de la Seine, sous l’Ancien Régime c’était la résidence des Rois de France qui l’ont fait construire et réaménagé sans cesse sur cinq siècles.

La pyramide du verre a été construite au milieu de la cour Napoléon du Louvre. Elle a été voulue par le président de la République Française François Mitterrand en 1983. Elle est a été conçue par l’architecte sino américain Ieoh Ming Pei, elle a été achevée en 1989. La statue équestre de Louis XIV due à Le Bernin ( 1598-1680 ) est une copie de l’original qui se trouve dans l’orangerie de Versailles.

Source : http://paris1900.lartnouveau.com

Au pied de 122 Leadenhall

Au pied de 122 Leadenhall


Le 122 Leadenhall est un gratte-ciel de bureaux situé dans le quartier d’affaires de La City à Londres .

D’une hauteur de 225 mètres et de 48 étages, il a été conçu par l’architecte Richard Rogers. Sa construction a commencé en octobre 2007 et s’est terminée en juin 2014. C’est l’un des plus hauts immeubles de Londres. En raison de sa forme prismatique, il a été surnommé le Cheese Grater (la râpe à fromage).

La façade principale (façade sud) de la tour a la forme d’un prisme effilé. Elle est entièrement vitrée ce qui rend visible la structure métallique. La façade nord est conçue comme une tour détachée qui comprendra notamment des ascenseurs extérieurs. La tour est encadrée par une structure en forme d’échelle qui renforce l’impression de verticalité tout en ancrant le bâtiment dans le sol. Les premiers niveaux sont ouverts afin d’offrir un atrium d’une hauteur de 30 mètres qui est accessible au public.

Le principal inconvénient de la forme effilée de la tour est une surface utile relativement faible (86 500 m2) pour une tour de cette hauteur.

Source: wikipedia

La City

La City


La City est le cœur historique de Londres. 2000 ans auparavant, cette zone était déjà une place de commerce active, lorsqu’elle faisait partie de l’empire romain. Beaucoup de rues irrégulières suivent encore le tracé des anciennes routes romaines.

Les limites de la City suivent le tracé de la muraille romaine qui y fut bâtie au 2ème siècle après J.-C.

La City vue depuis le London Eye

Aujourd’hui, la City est pour l’essentiel un quartier d’affaires dominé par de grands bâtiments et des gratte-ciels qui hébergent les bureaux de l’industrie de la finance. Elle contient toutefois un grand nombre de monuments qui furent construits à l’époque où la City était encore une zone fortement peuplée. La majestueuse cathédrale St. Paul surplombe ce quartier, mais il existe d’autres structures civiles remarquables telles que le Guildhall, le marché de Leadenhall, ou encore le musée de Londres, situé dans le vieux Londres, qui retrace l’histoire tumultueuse de la ville.

Source: www.aviewoncities.com

Statue

Statue


Le Jardin des Tuileries tient son nom des fabriques de tuiles qui se tenaient à l’endroit où la reine Catherine de Médicis a fait édifier le palais des Tuileries en 1564, aujourd’hui disparu. Le célèbre jardinier du roi, André Le Nôtre, lui donne à partir de 1664 son aspect actuel de jardin à la française. Le jardin, qui sépare le musée du Louvre de la place de la Concorde, est un lieu de promenade et de culture pour parisiens et touristes où les statues de Maillol côtoient celles de Rodin ou de Giacometti. Les deux bassins sont propices à la détente. Le musée de l’Orangerie dans lequel les visiteurs admirent des œuvres de Monet est installé au sud-ouest des Tuileries. De mars à décembre, des visites gratuites uniquement en français sont organisées. Et pour les amateurs de barbes à papa, de manèges et de sensations fortes, rendez-vous à la Fête des Tuileries, de juin à août.

source: www.parisinfo.com

La façade de King Cross

La façade de King Cross


À l’origine, le nom de King’s Cross était celui d’un monument à la gloire de George IV situé au croisement de Gray’s Inn Road, Pentonville Road et de Euston Road (anciennement New Road ). La gare qui porte ce nom aujourd’hui était initialement la gare de correspondance londonienne de la compagnie Great Northern Railway ainsi que le terminus de la East Coast Main Line. Cette gare fut dessinée par Lewis Cubitt et construite en un an de 1851 à 1852 sur le site d’un ancien hôpital. Le bâtiment principal, comprenant les quais 1 à 8 fut ouvert au public le 14 octobre 1852. Son toit, le plus vaste à l’époque, serait la réplique de celui de l’école de cavalerie des Tsars de Moscou.

La disposition des quais a été modifiée à de nombreuses reprises car à l’origine, il n’y en avait que deux : un pour les départs et un pour les arrivées (aujourd’hui, les quais numérotés 1 à 8). Avec la croissance du trafic vers la banlieue, il fallut agrandir la gare pour créer de nouveaux quais. Le bâtiment aujourd’hui abritant les quais 9 à 11 fut ainsi construit.

Source: Wikipedia

La Bibliothèque John Rylands

La Bibliothèque John Rylands


Abritée au centre universitaire de Manchester, la superbe bibliothèque John Rylands a été construite en 1890 en mémoire d’un important industriel du textile. A sa mort, John Rylands fit don de £2 750 000 afin de financer cet édifice.

Ouverte au public en 1900, la bibliothèque possède aujourd’hui une large collection de magnifiques ouvrages et manuscrits très rares. Elle recèle une précieuse copie de la bible de Gutenberg datant de 1455 ainsi que des collections des comtes de Spencer et Crawford. Plus de 3000 ouvrages datent d’avant 1501 (début de l’imprimerie). C’est la 3ème plus grande bibliothèque universitaire du Royaume-Uni. De part la rareté et la richesse de ces collections, cette bibliothèque a une renommé mondiale.

Le bâtiment de la bibliothèque est également très intéressant. D’un magnifique style néo-gothique, elle contient une collection de portraits de célèbres écrivains comme Darwin, Shakespeare ou Bacon. Dans une des salles, une statue trône représentant la théologie, la science et les arts.

Source: www.linternaute.com

Sépia de l’église St Roch

Sépia de l’église St Roch


Le quartier Saint-Honoré se développe à partir de la fin du XVIe siècle de part et d’autre du grand axe parisien qui, au-delà de la porte Saint-Honoré conduit vers Neuilly et Argenteuil.
Avant de devenir l’une des artères les plus élégantes de la Capitale, la rue est en cette période d’intense renaissance catholique bordée de nombreux couvents.
Certains, devenus propriété de la Nation en 1789, seront sous la Révolution le siège des principaux clubs révolutionnaires (couvents des Feuillants et des Jacobins).
Elevée à l’est du quartier après les troubles de la Fronde,  l’église Saint-Roch, troisième église paroissiale construite à Paris au XVIIe siècle, prend la place d’une église plus ancienne devenue trop petite pour ce quartier en plein peuplement.

Architecture

Le plan de l’édifice, inspiré de celui de Notre-Dame de Paris (église avec nef et choeur bordés de bas-côtés ouvrant sur des chapelles latérales et transept non saillant) a été dressé par Jacques Lemercier, architecte de la Sorbonne et du Val-de-Grâce. La première pierre fut posée par Louis XIV le 28 mars 1653.
Les travaux, commencés côté nef et sans doute rapidement interrompus, reprirent à partir de 1706 avec la construction, à l’arrière du choeur, sous la direction de Jules Hardoin-Mansart, d’une chapelle en rotonde dédiée à la Vierge dont l’architecture riche d’effets frappa les contemporains. Elevée à partir de 1736, la façade de l’église, articulée par la superposition de colonnes doubles, est l’oeuvre de Robert de Cotte. Saint-Roch comportait à l’origine une tour qui fut détruite à la suite du percement de l’avenue de l’Opéra.

Source: equipement.paris.fr

Translate »