Trafalgar Square (1 photos)

<span class="entry-title-primary">Trafalgar Square</span> <span class="entry-subtitle">(1 photos)</span>

La place s’appelait à l’origine Charing. Plus tard, elle a été connue sous le nom de Charing Cross, d’après une croix commémorative sur la place. La station de métro voisine est encore nommée Charing Cross.

Histoire

A partir du XIIIe siècle, l’endroit était le site des faucons royaux du roi et plus tard les écuries royales. En 1812, le prince régent – qui deviendra plus tard le roi George IV – demanda à l’architecte John Nash de réaménager la zone. Après beaucoup de retard, le travail commença finalement en 1830. Nash avait fait dégager le terrain, mais il mourut avant que ses plans ne soient réalisés et les travaux furent interrompus.

La colonne de Nelson

L’achèvement de la National Gallery en 1838 sur le côté nord de la place relança l’intérêt pour son réaménagement. Un nouveau projet de l’architecte Charles Barry (plus connu pour son Parlement), qui consistait en deux niveaux séparés par un escalier monumental fut approuvé et la construction commença en 1840. Cinq ans plus tard, la place était enfin terminée.

La Colonne de Nelson

Le nom de la place commémore la victoire de l’amiral Horatio Lord Nelson sur la flotte française à la bataille de Trafalgar, une bataille navale qui eut lieu le 21 Octobre 1805, près du cap de Trafalgar, au large des côtes espagnoles.

Initialement, il n’y avait pas de plans pour une statue en l’honneur de l’amiral, qui perdit la vie lors de la bataille. Au lieu de cela, une statue du roi Guillaume IV était prévue. Finalement, en 1838, il fut décidé que Trafalgar Square était le lieu idéal pour un monument au plus célèbre amiral de la Grande Bretagne et un concours fut organisé pour sélectionner des plans pour le « Nelson Testimonial ».

Aux quatre coins du niveau inférieur de Trafalgar Square il y a quatre socles. Le socle au nord-est porte la statue équestre de George IV, installée ici en 1843. La statue du roi a été créé par Francis Chantrey pour Marble Arch, mais a finalement été placée ici.

(Source: www.aviewoncities.com)


Musée d’Orsay (14 photos)

<span class="entry-title-primary">Musée d’Orsay</span> <span class="entry-subtitle">(14 photos)</span>

« La gare est superbe et a l’air d’un Palais des Beaux-Arts… » écrivait le peintre Edouard Detaille en 1900. Quatre-vingt six ans après, sa prophétie est vérifiée.

La transformation de la gare en musée fut l’oeuvre des architectes du groupe ACT-Architecture, MM. Bardon, Colboc et Philippon. Leur projet, sélectionné parmi six propositions en 1979, devait respecter l’architecture de Victor Laloux tout en la réinterprétant en fonction de sa nouvelle vocation. Il permettait de mettre en valeur la grande nef, en l’utilisant comme axe principal du parcours, et de transformer la marquise en entrée principale.

Trois niveaux dessinent le parcours du musée : au rez-de-chaussée, les salles sont distribuées de part et d’autre du cours central. Au niveau intermédiaire, les terrasses dominent le cours et introduisent aux salles d’exposition. L’étage supérieur est aménagé au-dessus du vestibule qui longe le quai et qui se prolonge dans la partie la plus élevée de l’hôtel sur la rue de Bellechasse.

Des espaces distincts sont accessibles à partir de ces trois niveaux principaux d’exposition des oeuvres: le pavillon amont, les passages vitrés du grand tympan ouest de la gare, le restaurant du musée (aménagé dans l’ancienne salle à manger de l’hôtel), le café des Hauteurs, la librairie et l’auditorium.

(source: http://www.musee-orsay.fr)


Translate »