Vue sur le pont Alexandre III – rose


Les architectes, Joseph Cassien Bernard et Gaston Cousin, ont été désignés à la fin de 1896 et entrèrent en fonction en mars 1897, après l’adjudication des travaux de la partie métallique. Sur cet ouvrage, les architectes n’ont été chargés que de la partie décorative, la structure ayant été décidée bien avant, en 1895, au moment où les ingénieurs Résal et Alby ont été mis à la disposition des services de l’Exposition.

Le caractère urbain de l’ouvrage servant de référence à l’Exposition universelle a conduit à traiter soigneusement sa décoration. Les deux architectes ont donné un décor abondant qui permet de vérifier ce jugement de Jean Résal : «On a le droit, et en certains cas le devoir, d’orner et de décorer des ouvrages, à condition de ne pas les dénaturer : il faut s’interdire de façon absolue le camouflage et le maquillage … Toute mesure qui facilite la claire intelligence d’un ouvrage est bonne ; toute mesure prise à l’encontre de ce but est mauvaise».

Le pont est illuminé par 32 candélabres en bronze qui ont été réalisés par l’établissement Lacarrière, également connu pour la réalisation du lustre monumental de l’Opéra Garnier.

(D’après http://blogpontsdeparis.blogspot.fr/2011/06/le-pont-alexandre-iii-trait-dunion.html le 02/06/11)

Translate »